3 Comments

  1. Martial3

    La véritable question n’est pas de savoir comment créer de nouvelles offres, mais de savoir si effectivement la demande augmente…

    Parce que si on augmente l’offre et que la demande stagne, les prix vont baisser… Les revenus des taxis ne sont déjà pas non plus extraordinaires…

    Maitenant les usages économiques régionaux français sont pleins d’exemples d’arbitrages où des entreprises sont à la foi juges et parties… Si on peut changer ça, c’est bien.

    Le prix de la licence taxi : une honte, je pense plutôt que cette licence devrait être rétrocédée gratuitement à l’autorité qui la délivre et revendue par cette même autorité au suivant. Ainsi, il n’y aurait plus de spéculation sur sa valeur, et son prix permettrait aux taxis de travailler moins, de facturer moins, et pourtant de gagner plus, et aux clients de payer moins… Le montant de la licence nourrissant surtout le banquier…

  2. Chrys

    ils subissent de plein fouet le revers de la médaille, les véhicules de petite remise ne sont pas une nouveauté bien au contraire, au début des années 1980, les artisans remisiers ont subit sans relâche, les attaques des artisans taxis, qui voulaient par tout les moyens le monopole de leurs activité afin de reigner en maitre dans leurs professions.
    Ces mêmes artisans taxis s’insurgent aujourd’hui de leurs investissements, mais ont ils eu le moindre remord de conscience quand des centaines d’artisans remisiers ont mis la clef sous la porte, suite à leur harcèlement , contrôle de police, contrôle de huissier, plainte pour concurrence déloyale et j’en passe !!!! comme dans la majorité des contrôles, aucune infraction ne pouvait être trouvée, alors ils ont créé les infractions, par des affichettes collées dans les cabines téléphoniques, mettant en infraction la petite remise et ensuite ont faisait relever tout cela par un huissier de justice, jusqu’au retrait de l’autorisation d’exploiter l’entreprise. Pour être tranquille il suffisait de rejoindre le groupement des artisans taxis et de demander sa plaque ( comme on dit dans le jargon ) une fois la plaque obtenue et l’enseigne taxi sur le véhicule à la place du R règlementaire, vous pouviez travailler en toute illégalité sans subir le moindre contrôle,( les loups ne se mangent pas entre eux.)
    Alors voila, qui dit arrivée des voitures de petite remise, dit aussi petite magouille plus difficile, car les donneurs de leçon
    sont bien sur,les premiers à ne pas respecter leur règlementation, comme prendre des contrats de transports à prix fixes, strictement interdit aux taxis, qui doivent effectuer la course selon un tarif en vigueur et d’après un compteur horokilométrique, prendre en charge un client dans les communes extérieur à la commune qui à délivrée l’autorisation d’exploité , tout ce ci va redevenir bien compliqué, et redonner du fil à retordre encore une fois à messieurs les taxis à bon entendeur !!!

  3. bof

    au fait la pollution la dedans?